La face cachée du soya

kine-soyaPlante légumineuse originaire d’Asie, le soya contient une grande quantité de glucides, de lipides, de proteines, de vitamines et de minéraux.

À première vue, cet ingrédient semble presque miraculeux, mais qu’en est-il vraiment?

Le soya contient des isoflavones (génistéine et daidzéine) qui se transforment en phyto-oestrogènes et qui peuvent causer différents problèmes.

Voici des faits issus de plusieurs études.

  • Le soya empêche la sécrétion d’hormones thyroïdiennes.
  • Plus de 30 grammes de soya consommés quotidiennement peuvent provoquer des anomalies aux seins.
  • Des études sur les protéines de soya réalisées auprès de femmes pré et post-ménopausées ont démontré une augmentation du nombre de cellules précancéreuses (épithéliales hyperplasiques) et d’oestradiol plasmatique dans les seins.
  • Chez les femmes ménopausées, l’utilisation du soya dans l’alimentation crée une augmentation de la réponse oestrogénique.
  • Le soya provoque la suppression de la fonction thyroïdienne et l’apparition de goitres. Des cas d’hypothyroïdie et de goitres ont également été rapportés chez les nourrissons ayant consommé du soya.
  • Le soya contient de puissants inhibiteurs de trypsine et de plusieurs autres enzymes protéolytiques qui affectent la digestion des protéines et provoque des troubles gastriques et des carences en acides aminés que même la cuisson ne peut détruire. Des études ont démontré que des animaux ayant reçu un régime contenant des aliments riches en inhibiteurs de trypsine ont développé diverses pathologies du pancréas, dont l’hypertrophie et le cancer.
  • Le soya en poudre est un produit raffiné fabriqué à haute température reconnu comme étant une mauvaise source de protéines. Il contient près de 20% de trypsine. L’utilisation du lait de soya chez les nourrissons peut produire une carence de plusieurs minéraux, dont le zinc. Le soya contient également 100 fois plus d’aluminium que le lait non traité.
  • Les fèves de soya non fermentées, telles que le tofu, le lait et les graines de soya, contiennent une grande quantité d’acide phytique reconnue pour bloquer l’absorption du zinc, du magnésium, du calcium et du fer.
  • Le soya contient de l’hémagglutinine qui augmente l’adhérence des globules rouges entre elles provoquant l’augmentation de caillots. L’hémagglutinine est désactivée au cours de la fermentation, mais demeure présente dans les produits à base de soya non fermenté, même si elle est réduite en quantité.
  • Une étude sur des animaux nourris au soya pendant leur gestation a révélée des rejetons atteints de plusieurs problèmes de santé associés aux oestrogènes, tels que des troubles de la thyroïde, la perte osseuse, différents cancers, des problèmes de vésicule biliaire, d’infertilité et des maladies cardiaques. Certains d’entre eux présentaient même une déformation des organes génitaux.

À la lumière des faits révélés par ces études, je n’ai d’autres choix que de vous recommander d’éliminer le soya de votre alimentation.

Si vous désirez en apprendre davantage sur le sujet, je vous invite à jeter un coup d’œil au livre « The Whole Soy Story: The Dark Side of America’s Favorite Health Food » par Kaayla T. Daniel (en anglais seulement).

Sources et références

D’après l’article « Soy: Summary of Toxic Effects » de Lita Lee.


Baird, D.D. et al, “Dietary intervention to assess the estrogenicity of dietary soy on post-menopausal women,” J. of Clinical Endocrinol. and Metabol, Vol 80, #5, pp. 1685-1696, 1995


Divi, R.I. and D.R. Doerge, “Anti-thyroid isoflavones from soybean: isolation, characterization and mechanisms of action,” Biochem. Pharmacol., Vol. 54 (#10), 1087-1096, Nov. 1997.


Fallon, Sally W. M.A. and Mary G. Enig, Ph.D., ‘Soy Products for Dairy Products? Not so fast…’, Health Freedom News, p. 12, Sept. 1995.


Ishizuki, Y., et al., “The effect on the thyroid gland of soybeans administered experimentally on health subjects,” Nippon Naibunpi Gakkai Zasshi, Vol. 65 (#5), 622-629, 1991


Petrakis, N. L. et al., ‘Stimulatory influence of soy protein isolate on breast secretion in pre- and post-menopausal women’, Cancer Epidemiol. Biomarkers, Vol. 5, #10, pp. 785-94,1996


Valentine, Tom, ‘If you eat soy, watch your thyroid function: new study’, Quarterly newsletter of Carotec, Inc., Autumn 1997.